PRESSE

Haro sur les Tartuffes.

 

Les tabous qui touchent aux images de la maternité, de la lactation et de la sexualité féminine n’osent plus s’avouer et la Censure se voile la face.

 

En refusant à Florence Lucas l’autorisation de faire défiler des vaches en soutien-pis, le commissaire du Salon de L’Agriculture a donné malgré elle à cette artiste une confirmation du bien fondé de sa démarche artistique :

Mettre en lumière, par un  éclairage différent et des modifications de focale, les  refoulés qui, tels l’inconscient au creux de l’individu, révèlent  les névroses d’une société.

 

Depuis des années, son travail sur le corps, de femme principalement, puis sur les Fluides, a amené Florence Lucas à travailler sur le lait et sur les seins. Du sein féminin à la mamelle, le chemin pourrait paraître évident aux coutumiers des civilisations anciennes qui ont fait de la vache le symbole de la mère nourricière, la quintessence du féminin.

 

En une époque où les injonctions à l’allaitement maternel pèsent peu face à l’industrie du lait en poudre et où encore une majorité de jeunes femmes se cachent pour allaiter, En un temps où le comble de la dépravation pour les membres de la jet set consiste à se prendre les bijoux dans les pis des ruminants de la Ferme Célébrité,  exposer  au Centre Albert Canot de Clamart une Fontaine à Lait  c’était déjà rouler à contre sein et inciter à un regard nouveau  sur la symbolique contemporaine de la fonction nourricière.

 

Proposer un  regard neuf sur notre animalité, amener à réfléchir  sur  des déplacements que les tabous sexuels et sociaux ont imposés aux représentations de la Femme,  dans l’espoir d’en désamorcer la puissance subversive, c’est à ce décodage qu’invite le travail de Florence Lucas sur les soutien-pis pour vaches.

Pendant deux ans, elle a côtoyé agriculteurs et habitants de la France profonde  sans rencontrer de difficulté majeure à justifier sa démarche créative.

 

Il n’y a pas si longtemps, les éleveurs, eux,  s’en souviennent, les vaches portaient fréquemment des protège-mamelles et aujourd’hui encore les pis trop lourds trouvent parfois du soulagement dans le port de suspenseurs.

Peut être aussi une certaine familiarité avec la nature rend-elle moins  problématique l’évocation de l’animalité féminine et moins délicat le rapprochement femme-vache. Mais de là à ce que le défilé de ses mannequins à quatre pattes au salon de L’Agriculture soit interdit sous prétexte  que la démarche «  humilie les vaches » c’était donner à Florence Lucas une confirmation violente de  la justesse de son pari artistique .

En harnachant les vaches de soutien-pis, Florence Lucas tend un humoristique miroir aux dévoiements des images évoquant la  féminité .

Tandis qu’un codage consensuel désamorce la puissance d’évocation fantasmatique  de l’allaitement, de la maternité ou de la sexualité féminine, tandis que la profusion d’images de femmes nues ou en sous-vêtements utilisée à faire vendre, accable journaux et écrans de télé, on s’émeut de vaches  harnachées des attributs féminins  qu’ailleurs on valorise.

  Imagine t-on  un défilé de lingerie féminine  interdit au prétexte que les femmes en sont « humiliées » ?...

 

La mariée au romantisme un peu godiche, prête à "bovaryser" au milieu de son pré normand, la sexy vache qui arbore des colifichets en dentelle noire dont de mémoire de ruminant,  un taureau n’a jamais eu besoin pour se sentir au mieux de sa forme, la vache qui vend l’Europe pendant qu’à Bruxelles la politique agricole commune risque de se faire sur son dos…Autant de regards  goguenards posés sur notre société  par une artiste qui interpelle le néo-conformisme actuel par des propositions artistiques  où le décalage formel le dispute à l’humour.

Une démarche courageuse aussi puisqu’elle consistait, pour Florence Lucas, à ouvrir son Art à un public non habitué des Galeries .

 

On ne s’attaque pas impunément aux tabous qui interdisent le mélange des genres et des classes. Tandis que le monde rural portait sur  la démarche de Florence des regard variant de la sympathie amusée au franc enthousiasme, les Officiels du Salon décidaient de ce qu’il y avait ou non de bon.. pour les vaches.

 

Florence Lucas ne s’attendait pas à cette censure.

C’est la Censure qui, tout naturellement semble –t-il, s’est invitée dans cette réflexion sur  le déplacement des interdits.

 La vache comme révélateur des non dits de notre époque a remis en pleine lumière  cette violence faite à l’Art qui n’avoue pas son nom : la Censure

 

Elle est d'autant plus sournoise qu’elle ne porte pas son nom. Elle a pour armes les difficultés économiques faites aux jeunes artistes pour qu’ils continuent à travailler et à faire voir leurs œuvres .

 

Florence Lucas, dont le projet a rencontré les faveurs de la Presse  et de la Télévision, présentera ses soutiens- pis au salon…

Martine Bourrillon

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Google+ Icon